Nom : Fort Culbité

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification haïtienne, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de moellons

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1804

Description: Le Fort Culbuté, appelé aussi Fort La Source, a été construit afin de défendre l’entrée Est de la ville de Marchand dont l’avancée des montagnes sur la plaine obstrue la vision et pourrait ainsi favoriser une attaque par des troupes ennemies. Il protège également les sources d’eau alimentant la ville. Le Fort Culbuté a subi une première restauration en 2000. Cette opération a pu sauver le monument historique d’une disparition certaine.

 * * *

Nom : Fort Décidé

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification haïtienne, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de moellons

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1804

Description: Élément du dispositif défensif établi autour de la première capitale d’Haïti après 1804. Le Fort Décidé représente un carré de 18 metres par 18 metres environ, flanqué de quatre bastions d’angle. Il est fait de maçonnerie de pierres calcaires blanches, caractéristiques de la zone. Sur sa Place d’Armes, on trouve un réservoir destiné à stocker l’eau de pluie recueillie des toitures aujourd’hui disparues. Une poudrière encore en bon état longe la courtine Nord. Le Fort Décidé offre au visiteur une vue particulièrement saisissante sur Marchand Dessalines et la vaste vallée de l’Artibonite. Le fort couvre une superficie d’environ 800 mètres carrés.

 * * *

Nom : Fort Doko

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification haïtienne, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1804

Description: Le Fort Doko, semblable au Fort Décidé, possède un plan carré dégageant une cour centrale de 13 mètres par 13 mètres. Il est également flanqué de quatre bastions rigoureusement identiques. Il est formé d’un mur d’enceinte s’élevant sur environ cinq à six mètres de hauteur. Il est percé de nombreuses meurtrières et de six embrasures à canon réparties symétriquement sur les quatre courtines. Son entrée est située sur la façade Nord. Trois canons en fonte jonchent à même le sol hors les murs, côté Ouest. Avec ses 350 mètres carrés, il est le plus petit des forts de Marchand Dessalines.

 * * *

Nom : Fort Madame

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification haïtienne, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1804

Description: Le Fort Madame est le plus important, par ses dimensions, de toutes les fortifications de Marchand Dessalines. Il occupe une superficie brute de 2.200 mètres carrés. Son plan est celui d’un quadrilatère irrégulier épousant le sommet de la montagne sur laquelle il est placé. Il possède quatre bastions d’angle de formes irrégulières. Son mur d’enceinte est constitué d’une simple muraille percée d’embrasures et de meurtrières. Plusieurs pans de cette muraille se sont écroulés au fil du temps. Sur la place d’armes, coté Est, subsiste encore les ruines d’une poudrière.

 * * *

Nom : Fort Fin du Monde

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification haïtienne, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : Postcoloniale haïtienne

Date de construction : 1804

Description: Le Fort Fin-du-Monde, placé à la plus haute altitude du réseau de fortifications de Marchand Dessalines, complète au Nord le système. Son plan est pentagonal et irrégulier afin de pouvoir mieux tirer parti du sommet de la montagne ou il est situé. Il possède cinq bastions d’angle de formes irrégulières. Ces murailles enserrent une place d’armes sur laquelle sont logées une poudrière aux murs latéraux épais de 1,35 m et des casernes de garnison dont il ne subsiste que les fondations. L’allure volontairement trapue de cette machine de guerre lui confère une rare puissance. Le Fort Fin-du-Monde couvre une superficie denviron 1000 mètres carrés.

 * * *

Nom : Fort Innocent

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : Postcoloniale haïtienne

Date de construction : 1804

Description: Le Fort Innocent, outre sa fonction militaire, servait également, selon ce que rapporte la tradition orale, de résidence secondaire à Innocent Dessalines, le fils de l’Empereur, d’où l’origine du nom de la fortification. Le Fort Innocent est constitué d’un mur d’enceinte polygonal s’élevant hors terre sur une hauteur d’environ 6 m en moyenne et de 10 m par endroit.

 * * *

Nom : Fort Jalousière

Commune : Marmelade

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : Postcoloniale haïtienne

Date de construction : 1804

Description: Le Fort la Jalousière est un composant du système défensif Haïtien, construit en maçonnerie de roches dans les montagnes de la commune de Marmelade et est constitué de 5 bastions et d’une cour intérieure avec une poudrière. Son architecture rappelle le Fort Fin du Monde à Marchand Dessalines et les extrémités du bastion Nord en forme d’éperon rappelle celui de la Citadelle.

 * * *

Nom : Fort Diamant

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification anglaise, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : Coloniale

 

Description: Sur le morne Diamant, dominant la baie de St-Marc, Toussaint eut à établir une batterie contre les Anglais qui occupaient la ville, le 5 octobre 1794. Il travailla lui-même avec ses soldats à y monter une pièce de canon qui, en tombant, lui écrasa plusieurs doigts. Ne pouvant plus diriger les opérations, il en chargea trois de ses lieutenants et se retira à trois lieues de St-Marc. Les Anglais assaillirent le morne Diamant et vinrent attaquer le quartier général de Toussaint. Le Fort Diamant est le plus redoutable fort défendant la ville de St-Marc.

 * * *

Nom : Fort de la Crête à Pierrot

Commune : Petite Rivière de l’Artibonite

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Fortification anglaise, architecture militaire

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XVIIIe siècle

Date de construction : 1790

Description: Située à l’entrée des gorges des chaos, sur un monticule de l’habitation Dupuy cette fortification fut construite par Laplaine Sterling et Guy l’Ainé; ceux-ci lui donnèrent le nom de la Crête à Pierrot. Quoique d’un aspect peu impressionnant, ce campement militaire connut de nombreux événements importants de notre histoire. Cette fortification se dresse sur la rive droite du fleuve de l’Artibonite et à l’Est de la Petite Rivière sur une élévation dominant le bourg. Elle est rectangulaire d’environ 100 pieds de longueur et munie de quatre bastions d’angles. Une poudrière en maçonnerie appareillée avec toiture voûtée est située à l’intérieur du fort.

 * * *

Nom : Aqueduc de Marchand

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Habitation sucrière, architecture industrielle

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : Coloniale française

 

Description: Presque toute la colonie St-Dominguoise était constituée ou répartie en habitations portant les noms de colons français. Ces habitations étaient souvent exploitées en caféière ou en Sucrerie. En témoignent des vestiges et ruines tels que l’aqueduc de 80m de long à Marchand et les réserves du canal d’eau au ras du sol partant de la source adjacente au Fort Culbuté. L’aqueduc de Marchand est le seul vestige qui témoigne du mécanisme de la structure industrielle coloniale.

  * * *

Nom : Maison Claire Heureuse

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Restaurée

Catégorie : Patrimoine, architectural  urbain

Matériaux : Maçonnerie de moellons, bois et tôles

Titre de Propriété : Monument classé

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1804

Description: L’Histoire rapporte que Claire Heureuse Félicité Dessalines fut la première Impératrice depuis 1804, d’où le nom de cette maison, Résidence Claire Heureuse. Elle fut restaurée vers 2004, mais récemment squattérisée par des gens qui se réclament de la famille de l’Impératrice. Construite au début du XIXe siècle, cette maison conserve toutes les caractéristiques de l’architecture coloniale française. Elle est composée de maçonnerie de roches entre poteaux et d’une structure en croisillon de bois brut. Elle est couverte de tuiles plates et a reçu à l’extérieur un badigeon ocre jaune. Sa surface est d’environ 150m2.

 * * *

Nom : Maison Charlotin Marcadieu

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Restaurée

Catégorie : Patrimoine, architectural  urbain

Matériaux : Maçonnerie de moellons, bois

Titre de Propriété : Monument classé

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1804

Description: Maison ayant appartenue à Charlotin Marcadieu, officier que l’Empereur Dessalines appela à son secours lors de l’embuscade du Pont-Rouge, le 17 octobre 1806. Située à la rue Geffrard et Pérodin, la maison fut en grande partie détruite. Une partie de la toiture, certains murs et les salles arrières du côté Ouest du bâtiment étaient en bon état jusqu’à la fin du XXe siècle. La couverture est en tuiles plates et ce qui reste de la charpente est bien conservée. Cette résidence fut restaurée en 2003, mais les travaux ne furent pas entièrement achevés. Tout comme la maison de Claire Heureuse, celle de Charlotin Marcadieu se compose de trois grandes pièces avec salon central, d’une galerie ouverte sur la façade antérieure et d’une galerie dans œuvre sur l’arrière.

 * * *

Nom : Kay Lwa Desalin

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Préservé

Catégorie : Patrimoine, architectural  religieux

Matériaux : Maçonnerie de moellons, bois et tôles

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : Inconnue

Description: Ces deux « Kay lwa » auraient été érigées apparemment au cours du XIXe siècle sur la cour où se trouvait la maison de Jean-Jacques Dessalines. De celle-ci, complètement détruite, il n’y a plus que la trace des fondations au ras du sol. L’emplacement où se trouvent ces derniers vestiges transformé en place historique, a fait l’objet d’un aménagement par l’ISPAN en 2014.

 * * *

Nom : Palais aux 365 Portes

Commune : Marchand Dessalines

Etat de conservation : Restauré

Catégorie : Patrimoine, architectural  urbain public

Matériaux : Maçonnerie de moellons et de briques

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1820

Description: Le « Palais de la Belle-Rivière » fut construit par Louis Dupeyrac en 1820 pour servir de résidence à Henry Christophe, Roi d’Haïti. Placé sur une hauteur dominant le bourg de la Petite Rivière, il devait avoir une vue imprenable sur la plaine de l’Artibonite depuis Verrettes au Sud-Est jusqu’à la baie des Gonaïves au Nord-Ouest. La chute du Royaume d’Haïti interrompit la construction qui resta au niveau du rez-de-chaussée. En 1932, Vincent, président d’Haïti, récupéra les ruines et les rendit habitables Utilisé comme bureau des VSN, le Palais fut déchouqué à la chute du régime Duvalier.

* * *

Nom : Résidence Mellon

Commune : Deschapelles

Etat de conservation : Préservé

Catégorie : Patrimoine, architecture urbain

Matériaux : Maçonnerie de moellons et béton

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XXe siècle

 

Description: Cette résidence appartenant à la famille Mellon, fondateurs de l’hôpital Albert Schweitzer de Deschapelles, aurait été conçu, selon la tradition orale, par le fameux architecte américain Frank Lloyd Wright.

 * * *

Nom : Place Philippe Guerrier

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : bon état

Catégorie : Architecture urbaine, Monument funéraire

Matériaux : Maçonnerie

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XXe siècle

 

Description: La place Philippe Guerrier, de Saint Marc, rénovée en novembre 2013 après qu’elle eut été transformée en marché public est au cœur cette ville. Sur cette place se trouve un petit kiosque et une fontaine, ainsi qu’un monument érigé en mémoire de Philippe Guerrier. Cette belle place boisée tient son architecture actuelle d’une première rénovation effectuée en 1978.

 * * *

Nom : Mémorial de l’Indépendance

Commune : Gonaïves

Etat de conservation : Préservé

Catégorie : Patrimoine, architectural urbain, public

Matériaux : Maçonnerie de roches et de béton

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XXe siècle

 

Description: Ce monument a été construit comme symbole historique, érigé dans la ville des Gonaïves, lieu de proclamation de l’acte de l’indépendance, le 1er janvier 1804. D’une architecture contemporaine, assez élégante, et très évidée, il est composé d’un carré surmonte d’un cône semblable à une pyramide coiffée d’un cylindre, composé d’une série de fenêtres vitrées. Ce monument urbain est dressé sur la place d’Armes des Gonaïves comme lieu de mémoire et de célébration de l’indépendance haïtienne.

 * * *

Nom : Cathédrale des Gonaïves

Commune : Gonaïves

Etat de conservation : Préservé

Catégorie : Patrimoine architectural religieux

Matériaux : Béton armé, bois et acier

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XXe siècle

 

Description: Imposante église, témoin de l’architecture contemporaine en Haïti, elle est construite en béton et est composée d’une série de figures géométrales : rectangle surmonté d’un triangle avec une entrée principale qui fait référence au principe du carré long orné d’une croix dont les côtés latéraux constituent les nefs principales qui représentent les deux colonnes centrales utilisés dans presque tous les constructions des temples. Sa simplicité manifeste son élégance et elle s’impose par sa hauteur en traduisant un caractère somptueux et énigmatique à l’entrée principale de l’église.

 * * *

Nom : Eglise Saint Jérôme

Commune : Petite Rivière de l’Artibonite

Etat de conservation : Bon état

Catégorie : Patrimoine architectural religieux

Matériaux : Maçonnerie de briques et de béton

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XIXe siècle

Date de construction : 1870

Description: Le clocher superposé sur la façade de l’église St-Jérôme traduit l’originalité de cette structure. L’architecture contemporaine est ornée des éléments suivants: Portes gothiques du clocher, portail d’entrée en crémaillère, construit en maçonnerie de briques surmonté d’une rosace au niveau du fronton, corniches et des détails de structure mettant en relief les angles et les arases.

 * * *

Nom : Cathédrale de Saint – Marc

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : Bon état

Catégorie : Patrimoine architectural religieux

Matériaux : Maçonnerie de roches et de béton

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : Coloniale française

Date de construction : 1721

Description: Cette église de forme rectangulaire, construite en maçonnerie de roches et datant de la colonie, est très imposante et assez remarquable tant par son élégance que par sa richesse architecturale. Elle est unique en son genre en Haïti, avec cette maçonnerie mise en évidence sur une façade composée de contreforts et de tourelles, de frontons supérieurs et inférieurs avec des ornements tels que: rosaces, corniches, balustres, clés de voûte, arcs, dentelles en mortier de ciment et de colonnades.

 * * *

Nom : Clocher de Saint – Marc

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Patrimoine architectural religieux

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XVIIe siècle

Date de construction : 1760

Description: L’ancienne église de St-Marc, construite en 1760 a été épargnée de l’incendie de 1802. Le tombeau de Gapart, un des héros de l’Indépendance se trouve dans cette église. D’autres personnages intéressants de St Marc s’y ajoutent comme: Pierre Pinchinat qui mourut à l’infirmerie de la Force le 8 mars 1804 et Armand Thoby, un important homme d’état. De cette église, il ne reste que les ruines du clocher et quelques pans de mur en maçonnerie de moellons, témoin de l’architecture religieuse coloniale du XVIIIe siècle.

 * * *

Nom : Stèle, Ravine à couleuvres

Commune : Gonaïves

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Site historique colonial

Matériaux : Maçonnerie de blocs

Titre de Propriété : Etatique

Période Historique : XXe siècle

 

Description: Cette stèle marque un site historique où eut lieu une bataille sanglante de cultivateurs conduits par Toussaint Louverture contre les troupes de Rochambeau en 1802. Ci-git en ce lieu une stèle munie d’une gravure en mauvais état dans la savane désolée, non loin de l’entrée de la ville de Marchand-Dessalines. Ce site est en processus de restauration par l’ISPAN.

 * * *

Nom : Habitation Inconnue

Commune : Estère

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Indigoterie, architecture industrielles

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XVIIIe siècle Coloniale française

 

Description: Cette habitation coloniale dont les ruines ont été nouvellement mises à jour à Périsse, fera sans doute l’objet d’une réhabilitation par l’ISPAN. C’est un très bel exemple d’indigoterie comme il en existait en fonctionnement pendant l’époque coloniale. Il pourrait s’agir de l’une des indigoterie-cotonneries de Jacques Périce, habitant de St-Marc et des Gonaïves, arrivé à Saint-Domingue avant 1740.

 * * *

Nom : Habitation Pivert

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Habitation sucrière coloniale, architecture industrielles

Matériaux : Maçonnerie de roches, bois, tôles

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : Coloniale française

Date de construction : 1740 environ

Description: Edmé Felix Pivert (Première famille de colon de St. Marc) s’établit sur cette habitation en 1784 ; son fils Edmé Joseph agrandit l’habitation par acquisition de l’habitation Florence le 24 mai 1784. Le moulin colonial de l’habitation Pivert, actuellement donné, fonctionnait encore dans les années 1990.

 * * *

Nom : Guyon Nonez ou Guillon

Commune : Saint – Marc

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Habitation sucrière

Matériaux : Maçonnerie de roches, bois, tuiles

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XVIIIe siècle, coloniale française

 

Description: L’habitation sucrière Guillon se situe dans la vallée de Saint-Marc. Son aqueduc existe encore ainsi que certaines des structures industrielles. Une machine venue de la manufacture « Fawcett, Preston, & Co. » de Liverpool, datant de 1860, s’y trouvait encore en 2007.

 * * *

Nom : Habitation Beaucher

Commune : Marmelade

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Habitation cafetière, architecture industrielle

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XVIIIe siècle, coloniale française

 

Description: L’habitation caféière de Beaucher, quoiqu’en ruine, permet encore d’identifier et d’interpréter la fonction des différents bâtiments. On y trouve : la citerne de distribution, la grande case du maître, l’aqueduc ou canal « d’amené d’eau », une salle de triage, un glacis de séchage, le quartier des esclaves, le moulin, et un bassin de fermentation qui constitue l’évidence matérielle de la méthode de traitement des cerises de café dite « humide » utilisée à l’habitation Beaucher.

 * * *

Nom : Rabi

Commune : Saint Michel de l’Attalaye

Etat de conservation : Ruine

Catégorie : Habitation cafetière, architecture industrielle

Matériaux : Maçonnerie de roches

Titre de Propriété : Privé

Période Historique : XVIIIe siècle, coloniale française

 

Description: Les ruines de cette habitation caféière dont on ne sait pas grand-chose, sont situées dans la commune de Saint-Michel du Nord. Elle était arrosée, au temps de la colonie, par la rivière Canot. Elle comportait également des bananeraies superbes.

  * * *

Leave a Comment